Retour à la page d'accueil Français English Deutsch Italiano Español Nederlands
Abbaye saint georges de Saint Martin de Boscherville
Vous êtes : l'abbaye et ses jardins > Les gnomons (cadrans solaires)
 L'abbaye et ses jardins

 

 

Gnomon

Dans les jardins :
la découverte de gnomons

Gnomon

Aquarelle de GaignièresUne aquarelle de Gaignières montre l’état de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville en 1702. On y distingue ce qui était très vraisemblablement un cadran-sphère sur une colonne, au centre de l’escalier monumental.

L’ATAR a entrepris de reconstituer ce cadran-sphère.

Autrefois, bien sûr, il n’était pas destiné en priorité à donner l’heure, mais constituait un élément décoratif et pédagogique pour des moines soucieux de tâches intellectuelles et férus de science. Sur la colonne le supportant a été tracé un cadran-colonne. Au XVIIIème siècle, c’était un complément fréquent des cadrans-sphères.

Certains textes anciens décrivent ce type de cadran dans la rubrique "Récréations mathématiques" et cela illustre l’intérêt de ce siècle pour la science et ses applications concrètes.

Enfin ce dispositif a été complété en indiquant, par des carreaux incrustés dans le sol, l’emplacement de l’ombre de la sphère suivant les heures et les saisons. L’objectif est uniquement pédagogique pour donner aux visiteurs, d’une troisième manière, quelques notions élémentaires sur les mouvements apparents du soleil. L’association des deux cadrans et des incrustations au sol est très rare. Ce complément des mobiliers des jardins de l’abbaye Saint-Georges ne manque pas d’accroître l’intérêt de la visite du site.

Gnomons et cadrans solaires   Cadrans solaires dans les jardins de l'abbaye

Nouveau cadran solaire - "Tant ici passèrent...."

Cadran solaireA Boscherville a été installé un nouveau cadran solaire, sur le mur proche de l'escalier monumental, d'un genre un peu particulier. Il s'agit d'un cadran solaire vertical exposé non pas vers le sud, comme il est habituel mais vers l'ouest, ce qui signifie qu'on ne peut y lire l'heure que l'après midi.
La barre métallique qui permet de lire l'heure comporte un oeilleton, qui projette une tache lumineuse sur le cadran.
Le motif décoratif montre le combat entre le Bien, symbolisé par un soleil, image de la lumière divine, et le Mal représenté par un dragon, inspiré par ceux qui figurent sur les chapiteaux de la salle capitulaire ou de l'église abbatiale.
La devise mélancolique reprend celle qui figure sur une vieille auberge de la vallée de la Durance, étape pour maints personnages illustres dans les siècles précédents : " Tant ici passèrent. Le temps passe. Nous passons. "
A Boscherville se succédèrent de nombreuses communautés de moines sous la houlette de leurs pères abbés. Les seigneurs de Tancarville y résidèrent.